Les espaces de coworking sont en pleine mutation. Avant ils accueillaient majoritairement des freelances et des salariés détachés : les nomades. Aujourd’hui, ils regroupent des start-ups, des petites équipes de grosses entreprises, des TPE, et encore quelques nomades.

Mais si les publics évoluent, le but du coworking reste le même : créer une richesse collaborative. Séverine est chef de projet chez Pop Place : un laboratoire de recherche sur les espaces d’innovation numérique et l’un des partenaires du projet Coffee. Pour elle, il ne suffit pas de rassembler des gens pour faire une communauté. Il faut la faire vivre, l’animer pour ensuite la rendre autonome.

Dis moi quel coworking tu animes, je te dirai qui tu es.

Chaque espace de coworking est donc différent, est c’est au facilitateur de trouver la bonne posture pour animer la communauté. En plus de son rôle de gestionnaire du lieu, des factures et des imprévus, il doit aussi trouver le temps de créer du lien entre les membres. C’est ce qui fera la plus value du lieu : faire naître une richesse économique collaborative des individualités.

Un espace de coworking, ça n’est pas seulement une somme de personnes qui travaillent au même endroit. Ce sont surtout des entrepreneurs, des salariés ou des entreprises qui ont choisi de partager leur espaces avec d’autres pour y trouver une valeur financière, humaine, ou créative.

Pop Place est spécialisé dans la création et la mise en place de nouveaux espaces de coworkings et de fablabs. Vous pouvez les retrouver au Mutualāb de Lille.